L'incurie des dirigeants arabes est la cause du malheur de la population

Publié le par Eli d'Ashdod

Les différents dictateurs qui se sont accrochés au pouvoir des pays arabes en dépit de leur gestion calamiteuse ont générés les situations explosives que nous connaissons depuis deux ans, chômage, kleptocratie, augmentation du coût de la vie, manque de démocratie.

 

S'appuyant sur des polices politiques très actives, ils ont maintenu longtemps le couvercle de la cocotte minute qui vient d'exploser. Incapables de gérer cette crise qui les balaie les uns derrière les autres, ils laissent le champs libre au vide politique sidéral dont ils se sont entourés.

 

Comme dans toutes les révolutions connues de l'histoire, ce ne sont jamais les initiateurs de celles-ci qui s'emparent du pouvoir. Chez les arabes, sous couvert de piété, les Frères musulmans ont pendant des décades prodigué des services sociaux auprès des plus démunis des campagnes de ces pays.

 

Ils sont les seuls à être structurés, et n'ont pas tardé à capter "démocratiquement" le pouvoir par le biais d'élections contestées systématiquement par une opposition laïque, ou d'autres minorités religieuses. C'est encore le cas hier en Egypte qui vient de basculer dans ce régime qui se réclame de la Charia.

 

La Charia, ce n'est pas seulement couper la main d'un voleur, ou la lapidation des femmes (déclarées adultères par désir d'abandon), ce n'est pas uniquement les Fatwas déclamées par des imams autoproclamés lors d'un prêche du vendredi, c'est surtout la négation de tout ce qui n'est pas l'Islam, et le prosélytisme outrancier mis en oeuvre par ceux qui s'en revendiquent, à la pointe du sabre.

 

En deux mots: la conversion, ou la mort, de notre temps il peut y avoir également la fuite en abandonnant tout. La fuite mais où, dans la mesure ou la vision du Coran c'est l'Islamisation de la planète entière?

 

Les élites occidentales ont pour la plupart compris ce danger, causé par l'écart du taux de naissance très faible des femmes occidentales qui n'assument pas le renouvellement des populations, nous en parlions il y a déjà 40 ou 50 ans, et celui des femmes musulmanes acquises à la guerre démographique.

 

Les élites occidentales ont donc décidé de jouer la dhimmitude pour certains, lorsqu'elles ne se convertissent pas pour d'autres. Les partis politique de gauche ont enfourché cette monture qui leur a permis de capter le pouvoir devant la détestation des dirigeants politiques de droite soumis au feu roulant des articles quotidiens déversés par les médias largement dominés par des sensibilités de gauche.

 

Nicolas SARKOSY en a fait les frais à l'occasion d'un règlement de compte, coupable à leurs yeux de n'avoir pas remis en place l'abattement fiscal catégoriel de 30% pour frais professionnels, sur leur maigres revenus de 500.000€ annuels!!! Justifiez donc 150.000€ de frais, c'est tout à fait acceptable pour l'administration fiscale sur justificatifs.

 

Le parti socialiste qui est minoritaire en France s'est donc appuyé sur cette détestation, et sur le vote musulman afin d'arriver au pouvoir. Lors de l'élaboration des listes en vue des Législatives de juin 2012 les "Barons socialistes juifs" ont été priés de laisser leur place à cette diversité verte 70 places pour 3% d'électorat, et surtout musulmane pour la remercier de son appui aux Présidentielles.

 

A la lumière de ces évènements, nous comprenons mieux la réception en grande pompe du "gouvernorat de Jérusalem" suivie du vote à l'Onu pour un non État d'un Peuple inventé, cette danseuse coûte au budget la bagatelle, de plusieurs dizaines de millions d'Euro par mois voir ici ainsi que l'ire des Français et des Européens qui ont largement ouvert leur bourse, lorsque nous voulons construire quelques logements chez nous. Ils ont décidé comme pour les listes électorales de remplacer les Juifs par des Musulmans. Ici nous crions haut et fort: "No Pasaram".

 

Quand à la pantalonnade d'Alger, Notre distingué Président, s'est écrasé sous la moquette pour être agréable à des gens qui avaient perdu la guerre, à qui nous avons offert un gâteau superbe, et qui ne possèdent même plus le plateau d'argent sur lequel nous l'avons livré.

 

Une excellente analyse de l'ensemble des pays arabes est décrite ici elle démontre à l'envie les qualités de ce monde qui tout au long de son histoire n'a vécu que de vols, de pillage, et aujourd'hui d'aumône.

 

 

Eli d'Ashdod

Publié dans International

Commenter cet article