Occupation vous avez dit Occupation...

Publié le par Eli d'Ashdod

Israël occupe sa terre

Oui oui, Un peuple qui OCCUPE sa propre terre ça existe! Un peuple accusé de se COLONISER lui-même,  qui refuse l’invasion illégale qui est sommé de s’expliquer et lapidé sur la place publique, Oui, oui ça existe!!! 


Par Bat Yé’or - dreuz


Une seule occupation sur la planète!


Disproportionné? Certainement!!!!


 

Ce mot que se renvoient inlassablement télévisions, radios, journaux— même les plus humbles feuilles de choux— ce mot qui, de par sa répétition unanime expose et accuse l’asservissement des médias, est le plus révélateur d’Eurabia et de la déroute de la culture. Car de quelle occupation parle-t-on? Devinez… c’est facile puisqu’il n’y a qu’une seule occupation sur la planète. Celle d’Israël… non pas celle de la Turquie, de l’Angleterre, de la France… non… c’est le minuscule Israël qui occupe… quoi? Il occupe Israël. Et figurez-vous que c’est précisément CETTE occupation qui provoque tous les conflits de la planète.


La science de l’histoire ne vaut pas plus qu’un narratif politiquement correct.


Non seulement il occupe l’espace géographique de la Judée et de l’antique royaume d’Israël, mais de surcroît il confisque le narratif « palestinien.»


Pour ceux qui n’ont pas encore été multiculturalisés, narratif signifie histoire.


A l’ère de la multiculturalité, le narratif, contrairement à l’histoire, ne s’appuie sur aucun document, aucune preuve, aucune date, mais il est aussi crédible que l’histoire laborieusement écrite, conservée dans des archives et confirmée par de multiples sources épigraphiques, artistiques et archéologiques.


Toute cette science européenne à laquelle se sont consacrés tant de génies et de chercheurs, balisés par des travaux méticuleux, ne vaut pas plus qu’un narratif inventé par l’opportunité du politiquement correct.


Les termes Israël, Judée ou Hébreux des textes anciens, signifient désormais – Palestine


Ne cherchez pas à discuter, à prouver, car tous vos efforts seront inutiles. Sur l’autorité infaillible, suprême, incontestable, irréfutable et planétaire de l’Union européenne, de la Fondation Anna Lindh, de l’Alliance des Civilisations, des Sages Universels nobelisés, le narratif palestinien se surimpose sur celui d’Israël et l’efface. Ces augustes personnages, incarnation de la parole impératoire de l’Organisation de la Coopération Islamique décrètent que les termes Israël, Judée ou Hébreux des textes anciens, signifient désormais « Palestine ». Aussi le mot « occupation », justifié pleinement par le narratif palestinien, efface avec la gomme européenne l’histoire d’Israël, véritable Shoah culturelle où s’ensevelit du même coup les origines du christianisme.


Le génocide c’est la Nakba, pas la Shoah turpitude mensongère juive.


La palestinisation de l’archéologie et de l’histoire complète celle de la géographie. Les camps d’extermination sont ceux des « Palestiniens », non ceux visités et approuvés par le mufti de Jérusalem, représentant des Frères musulmans dans la Palestine sous mandat britannique. Les nazis sont les Israéliens, et non des Allemands aidés et secondés par des auxiliaires européens et des collaborateurs musulmans. Ceux-ci, placés sous la guidance morale du Mufti sont des Arabes, Slaves, Asiatiques, Turkmènes provenant des provinces soviétiques musulmanes, enrôlés dans les troupes SS et dans le personnel des camps. Le génocide c’est la Nakba, ce n’est pas la Shoah turpitude mensongère juive. Une de plus…


Le narratif « palestinien » explique et justifie le mot « occupation » fort en vogue. Car les écoliers venus de la galaxie islamique n’ont que faire de ces histoires européennes inexistantes dans le Coran et contestées par leurs parents qui ne parlent ni ne lisent les langues des pays d’accueil, et se méfient de l’enseignement mensonger de leurs écoles. Car eux aussi ont leur narratif et qui vaut bien, et même mieux, que celui des infidèles.


Et voulez-vous que je vous le révèle… sous le manteau bien sûr : aujourd’hui ce sont les Européens qui occupent l’Europe. Mais rassurez-vous, ce ne sera pas pour bien longtemps encore.

NDLR – ce texte est à diffuser le plus largement possible à vos contacts

Razzia = déposséder, dépouiller, désapproprier, déshériter,dessaisir, enlever,  évincer, exploiter, exproprier, frustrer, gruger, ôter, priver, sevrer, soustraire, voler.


Publié dans Les Arabes et Israël

Commenter cet article